Quitter rapidement    Effacer mes traces
Définition et formes

Définition

C’est un acte de domination, d’humiliation, d’abus de pouvoir, de violence principalement commis envers les femmes et les enfants. Agresser sexuellement, c’est imposer des attitudes, des paroles, des gestes à connotation sexuelle contre la volonté de la personne et ce, en utilisant l’intimidation, la menace, le chantage, la violence verbale, physique ou psychologique.
 

Des chiffres qui en disent long…

  • Au Québec, 1 femme sur 3 est agressée sexuellement au cours de sa vie.4
  • 80% des victimes sont de sexe féminin.1
  • 98% des agresseurs sont des hommes.1
  • De 70% à 85% des agresseurs sont connus des victimes.1
  • 50% des agressions sexuelles se produisent au domicile de la victime ou à celui de l’agresseur.2
  • Les femmes handicapées sont près de 2 fois plus susceptibles d’être victimes d’agression et d’exploitation sexuelles.2
  • 49% des Canadiennes considèrent avoir dû faire face à des problèmes de harcèlement sexuel au travail au moins 1 fois au cours de leur vie.3


Il y a plusieurs formes d’agressions à caractère sexuel :

  • L’agression sexuelle dans les relations amoureuses
  • L’inceste
  • Le viol
  • Les attouchements sexuels
  • Le harcèlement sexuel
  • Le viol collectif
  • Le voyeurisme
  • L’exhibitionnisme
  • L’appel obscène
  • Le visionnement forcé de matériel pornographique
  • L’agression sexuelle par intoxication
  • Les agressions sexuelles faites aux enfants
  • Les mutilations génitales
  • Les viols de guerre
  • Les agressions sexuelles en contexte thérapeutique
  • Les agressions sexuelles en milieu institutionnel

 

Les principales formes d’agression sexuelle telles que définies par le CALACS : [1]

(Il est à noter que nos définitions ne correspondent pas à celles contenues dans les articles de loi concernant les agressions sexuelles du Code criminel canadien).

  • Agression sexuelle : un très large éventail de comportements sont considérés comme des agressions sexuelles allant des attouchements sexuels à la violence sexuelle (viol, tentative de viol, etc.). Ces agressions peuvent blesser, mutiler ou mettre la vie en danger. Dans cette définition sont incluses les agressions sexuelles envers les mineures[2](0 à 18 ans) autres que l’inceste.
  • Inceste : toute activité à caractère sexuel impliquant  généralement une mineure et une personne qui a, avec celle-ci un lien de responsabilité ou de figure parentale. L’agresseur peut être un parent, un conjoint, un frère, une sœur, un oncle, une tante, un grands-parents, etc.; il peut s’agir aussi des membres d’une famille reconstituée, d’une famille d’accueil ou d’adoption.
  •  Harcèlement sexuel : toutes les formes d’attentions ou d’avances non désirées à connotation sexuelle (regards insistants, paroles, gestes, attouchements, menaces, propositions, blagues, affichage de mat5ériel pornographique, etc.) qui provoquent l’inconfort, la crainte et menacent le bien-être ou l’emploi d’une personne.
  • Messages obscènes : anonymes la plupart du temps, ces messages à caractère sexuel sont généralement faits dans le but d’intimider et de faire peur (ex. : téléphone, courriel, clavardage, texto, etc.).
  • Exhibitionnisme : comportement d’une personne qui montre ses parties génitales en public.
  • Voyeurisme : comportement dont la principale caractéristique est de chercher à observer l’intimité ou la nudité d’une personne ou d’un groupe de personnes.
  • Frotteurisme : comportement d’un individu qui recherche le contact physique avec des personnes non consentantes, dans des endroits publics. Par exemple, c’est tenter de frotter ses organes sexuels sur des inconnues dans les transports publics.
  • Agression sexuelle par intoxication involontaire : utilisation de drogues ou de médicaments mélangés à l’alcool provocant une sensation d’ivresse très avancée en plus de rendre amnésique dans le but d’agresser sexuellement une personne.
  • Agression collective : agression perpétrée par plus d’un agresseur.
  • Exploitation sexuelle: utilisation d'une personne à des fins pornographiques ou de prostitution en la contraignant par le chantage, l'intimidation, les menaces, la ruse et la violence psychologique ou physique.

 

[1] Source : CALACS de Châteauguay, «Guide à l’intention de l’entourage d’une victime d’agression sexuelle», 48 pages.

[2] Veuillez noter que l’usage du féminin a été priorisé en référence aux victimes d’agression sexuelle, même si nous n’excluons pas le fait que des hommes puissent l’être également.

_______________________

1 Orientations gouvernementales en matière d’agression sexuelle, Gouvernement du Québec, 2001.
2 Groupe de travail sur les agressions à caractère sexuel, les agressions sexuelles : STOP, 1995.
3 Groupe d’aide et d’information sur le harcèlement sexuel au travail, ça fait pas partie d’la job!, 1996.
4 Statistique Canada, 1993.